Histoire

Cliquez sur les photos pour les agrandir et voir leur légende.

 

Des nombreux mégalithes de l'âge de bronze qui parsemaient les hauteurs de Lanvaux ne subsistent que quelques dolmens.

Les Celtes, arrivés au Vème siècle avant notre ère, ont imprégné les campagnes de leur mysticisme. Quelques autels druidiques demeurent dans les bois, ainsi qu'un oppidum (village fortifié au sommet d'une colline) et quelques groupes de tertres tumulaires.

Les Romains, quant à eux, ont laissé de leur séjour bien des traces encore visibles : un ancien poste retranché, à l'emplacement du jardin actuel du château de Callac ; le site gallo romain de la Grée de Bréhé ; le camp retranché de Châteaublanc ; les vestiges d'un pont romain sur la Claie à la Ville-Hellec ...

Vint ensuite l'occupation normande qui sema la terreur tout au long du Xème siècle. Mais après de terribles combats, les Bretons finirent par repousser les envahisseurs vers le sud. A Plumelec, en 938, une dure bataille fut menée à la victoire par un jeune chef Breton, elle fut si sanglante que le champ de bataille, situé au nord du village actuel de Kervigo, en a conservé le nom de "Mare-au-Sang". Pratiquant la politique de la terre brûlée, les vikings en partant saccagèrent et brûlèrent tous les villages sur leur passage, dont le bourg de Plumelec et le château de Callac.

Au Moyen-Age, Plumelec comptait deux importantes seigneuries les Callac et les Cadoudal dont on peut aujourd'hui encore admirer une partie de leur patrimoine. De la seigneurie des Cadoudal, il ne reste aujourd'hui que les ruines d'un château médiéval, dont on peut voir le porche de style Renaissance en traversant le village du même nom.

Les origines de Plumelec

En 1464, on écrivait Ploëmellec, en 1481, Plomellec et en 1966, Plumelec.

Il est probable qu'entre 460 et 660, des Bretons habitants de la Grande Bretagne, fuyant leur île asservie aux Angles et aux Saxons, soient arrivés un beau jour sur les hauteurs de Lanvaux venant du Nord depuis Saint Malo, puis le long de la voie romaine de Carhaix, qui passait au Sud de la commune. Ce groupe, émerveillé face à un paysage féérique, tout en contraste, avec ses monts et ses vallées, le tout dispersé dans une nature sauvage mais très belle, s'y fixa.

Ces nouveaux occupants se sont organisés en communauté, leur "Plou", qui a le sens courant de paroisse, auquel ils ajoutèrent le nom d'un moine bénédictin qui évangélisa leur pays : Melec (nom celtique) - Mielleux (en français) - Mellit ou Mellitus était fils d'une très noble famille de Rome. Il se fit moine au couvent du Mont Coelius, et fut envoyé en Angleterre comme missionnaire, par le pape Grégoire-Le-Grand, en 601. Premier évêque de Londres puis archevêque de Cantorbéry, il battit la cathédrale St-Paul et le monastère St-Pierre de Londres. Il mourut le 24 avril 624.

D'après d'autres, St-Melec, serait un saint national d'origine armoricaire, Melec ou "Maëloc" dérivé du vieux celtique Maël et que le culte de St-Melec, évêque de Londres avait été apporté, dans notre paroisse, par le chanoine Guillemot en 1884. Mais au moins une chose est certaine, la tradition est là, c'est que le chanoine Guillemot rétablit le culte de St-Melec, dont on ne célébrait plus depuis longtemps la fête. Il fit ériger une fontaine à la place d'une ancienne qui avait existé des siècles auparavant.

Pour en savoir plus sur l'histoire de Plumelec, un livre complet  "Au coeur du Pays de Lanvaux" est disponible en Mairie. Renseignement : 02 97 42 24 27

Plumelec, lieu de mémoire

 

Pour visionner la plaquette qui retrace l'histoire de Plumelec pendant la seconde guerre mondiale, cliquez ici.

Du patrimoine érigé par les Callac, on peut encore admirer une partie de leurs possessions : l'église de Saint Aubin (voir la rubrique consacré à Saint Aubin), le manoir de la Saudraie, le château de Callac et la chapelle Saint Maudé.

C'est un beau week-end chargé d'histoire et de mémoire qu'a vécu la commune de Plumelec grâce à la reconstitution d'un camp militaire américain sur le site de la Grée par l'association Souvenir Militaire Centre Morbihan et l'organisation d'une belle cérémonie en lien avec la municipalité, suivie par un public nombreux !

Ces deux très anciennes familles bretonnes ont joué un rôle actif dans l'Histoire du Duché de Bretagne. Leurs valeureux Chevaliers ont servi le Duché en s'engageant du côté des Montfort, contre le Roi de France, dans le terrible conflit de la Guerre de Succession qui divisa la noblesse Bretonne en deux camps de 1341 à 1381.
  

Cette tradition de résistance se poursuivit pendant la révolution française, et le château de Callac a servi bien souvent de refuge aus prêtres réfractaires, aux chefs royalistes et aux Chouans. Les landes de Lanvaux étaient alors le siège de la résistance de la Chouannerie Bretonne sous la direction de Georges Cadoudal, fils de paysan né près d'Auray. Mais même après le traité de soumission signé en 1800, la guérilla et l'esprit de révolte persista pendant près d'un demi-siècle.